Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 26 Juin 2019
Culture Histoire Libération – 20eme siècle Larissa

La famille du lieutenant-général Ioannis Vamvatsikos (1915)
(Photographie: Archive de A. Papakonstantinou)
Des réfugiés sont transportés à la Grèce (1924)
(Photographie: Archive de cercle Filippoupoli)
Paire aux alentours des 1930 devant au pont de Pinios
(Photographie: Archive de A. Galeridis)
Agriculteurs de la terre thessalien après la résolution absolue la rurale (décennie ' 50)
(Photographie: Archive de A. Papakonstantinou)
Photographie de 1951 au début des travaux de réintroduction de Pinios au cours d'eau de Alkazar. Ils sont distingués le ministre des finances Giorgos Kartalis avec le journaliste Lazare Arseniou et le maire de Larissa M. Dimitrios Karathanos.
Danse du groupe de football Hercule au centre mondain Alkazar (1958). D'à gauche est distingué le président du groupe P. Papakonstantinou.
(Photographie: Archive de A. Papakonstantinou)
La montre de Larissa (Frourio 1959)
(Photographie: Archive de A. Papakonstantinou)
À la pâtisserie Olympion la décennie du '60
(Photographie: Archive de K. Gkontaroulis)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Préhistoire
Époque Archaïque - Années Romaines
Larissa Byzantine
Occupation Ottomane
Libération – 20eme siècle
Personnalités
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Libération – 20eme siècle: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

17/11/2008
Larissa de A’Guerre Mondiale jusqu’aujourd’Hui

Administrateur

prévision d'impression

Le periode 1914-1917 (A’Guerre Mondiale) etait très gave pour Thessalie. Le recrutement des homes privait de l’agriculture les mains de travails et les bouleversements de Combat National n’ont pas permis d’être influences toute la Région de Larissa. Les « camps » des partisans d’Eleftherios Venizélos (« Défense Nationale ») et des amis de roi (« Convoques de Ioannis Metaxas ») ont fait leur apparition aux villages très petits de la région. Plus tard, au printemps de 1917, Thessalie était pour le gouvernement de Thessaloniki (Gouvernement El. Venizélos).

La situation sera aggravée la fin de la Guerre d’Asie Moyenne, la catastrophe, les refugies. Plastiras de Thessalie va précipiter après 1922 les pas lents vers la réhabilitation des agriculteurs qui ont été déjà commence des 1917.

Pendant les deux années 1923-1925, et après, un effort de détermination de clercque agricole e.t.c. à travers les Services et les Coopératives des Crédits Agricoles.

Cette procédure, même si elle a été accomplie plus tard (1952-1953), elle a résolu le sujet qui a préoccupe Thessalie et la région de Larissa qui disposait des tsiflikia et plus d’agriculteurs. Les sarakatsanoi y ont été ajoutes qui ont abandonne la vie nomade et ils ont choisi de devenir des agriculteurs.

Farsala, Elassona, Agia et Tirnavos ont été renforces en population , mais la plus grande partie au développement de la population a été entrepris par Larissa, qui se transforme a un centre urbain comme une siège des services nationaux, des bonnes écoles, de l’Ecole (Académie plus tard), de l’hôpital, des banques ainsi que comme un centre de commerce-marche et comme un lieu de détente.

Larissa était la ville avec les plus grands besoins (electrification, eau, aménagement) Les rues étroites nécessitaient de se remplacer par des rues plus larges et plus propres et solides. Les feux de pétrole ou de l’asetiline devaient être remplaces par l’électrise. Les transporteurs de l’eau (sakatzides) qui transportaient aux maisons l’eau de Pineios, ils devaient être remplaces par un réseau qui garantiraient des conditions d’hygiène nécessaires.

L’effort a commence en 1911 quand la ville a été électrifiée et des œuvres d’approvisionnement ont commence à fonctionner, les rues ont commence de s’élargir, des nouveaux bâtiments ont été construits, des places ont été crées afin que Larissa prenne son nouvel aspect, celui d’avant guerre. En même temps, des unîtes industrielles ont fait leurs apparitions et à cote des artisanats et des magasins, assez afin de couvrir non seulement les besoins de la ville mais de toute la région.

A un environnement pareil , une vie sociale qui abandonnait les vieilles habitudes et qui aquatissait des centres urbains, des clubs, un conservatoire et musique européenne contre les amanets, un théâtre, un cinéma, des vélos et les premières voitures, des radios plus tard. Les journaux d’Athènes, de Volos et les locaux constituent avec leur contenu, la température quotidienne, financiere, sociale et politique. Les associations (sportives, musicales, intellectuelles) constituent les lieux ou la sortie de la maison et l’activation dans le cadre social sont certifies.

Pour conclure, dans ces soixante années (1881-1940) le terrain a été transforme a toutes ses dimensions. L’arrivée de B’Guerre Mondiale est venu d’aggraver la situation et de tamponner la fuite des populations (1955-1965) vers les centres urbains ou les pays étrangers.

Des la fin de la décennie ’80 et après, Larissa a été transformée a un centre urbain qui vit aux rythmes intenses et qui a crée des bases d’une activité scientifique et industrielle en donnant la sensation d’une ville avec de nombreuses possibilités et plus de perspectives.


Source: Dimitrios Agrafiotis, Historien