Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 26 Février 2021
Culture Folklore Les Personnes Réfugies de Est-Romylia Larissa

Femmes avec costume traditionnel
(Photographie: Archive de cercle Filippoupoli)
Femmes avec costume traditionnel
(Photographie: Archive de cercle Filippoupoli)
Jeune fille jeune avec costume traditionnel
(Photographie: Archive de cercle Filippoupoli)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Vlachoi
Juifs
Sarakatsanoi
Réfugies de Est-Romylia
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Réfugies de Est-Romylia: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

18/11/2008
Le costume féminin traditionnel de Kavakli de l’Est Romylia

Administrateur

prévision d'impression

Les éléments principaux de costume féminin sont :
1. Les sous-vêtements : Les femmes portaient des sous-vêtements en laine et des tissues en coton pour ne pas salir la chemise.
2. La chemise : La chemise était tisse en coton de couleur blanche. Les manches et le buste s’appelaient « parta » et ils étaient bleus, et en bas en bleu clair. Les pièces principales s’appelaient « manes » et à cote, ils s’appelaient « vagiolia ». La chemise à « podia » avec des dessins brodes en soie. Ces broderies étaient des dessins divers, impressionnants aux filles et aux jeunes femmes, tandis qu’aux plus jeunes filles .ils étaient plus simples. Ces dessins avaient des noms divers comme : « tsiarkia », »mioudia », « papades », e.t.c. Toutes les broderies aux chemises se faisaient de fil en soie et les couleurs étaient le bleu, le vert, le noir, le jaune, le rouge.
3. La robe «la tsoukna»: La tsoukna était une robe en laine tissée et elle se portrait sur la chemise. Apres avoir coude la robe, elles la peignaient en couleur noire et par la suite elles la lavaient pour adoucir le tissu. Apres la broderie en fil en coton suivait. Les broderies se différaient des tsoukna de tsoukna, des dessins divers aux jeunes et aux âgés et elles avaient des noms divers comme « mygdaoua », « stafyoudia » etc. La robe des âgés s’appelait « ouvalno » de couleur noire qui dominait.
4. La zone : Les zones étaient tissées sur trois types –par rapport à la tissue- “admitos”, “marmatodimto” et “moukanteino”. La longueur finale de la zone arrivait les trois mètres et elle avait des crosses. Le tissu était raye aux couleurs différentes surtout rouge, vert, bleu et noir. La zone était aux reins sur la tsoukna et à la fin elle était basée avec « kantzio », un coin en argent.
5. Le tablier «pistirka»: Le tablier était tisse en fil en laine et a la façon “poulto”. Il était de couleur rouge qui se caractérise de deux types : « krasato » et « alnitiko » (de feu) Les tabliers des femmes avaient deux types : a) au fond rouge et des motives décoratifs en trois ou cinq séries et b) en fond rouge, tisses et brodes des fleurs, les « pagounia ». Le tablier avec le fond au centre était porte par les jeunes filles. Les tabliers des âgés avaient un décor tisse ou les couleurs foncées dominaient. Le tablier était sur la zone avec « mplazntira ».
6. Les manteaux. Le tsipouni «tsiopouni»: Le tsipouni était un gilet avec des manches tisse de couleur noire qui se fabriquait par “terzis”. Ses fins étaient décorées de fils noir et quelques fois de fourrure. Le « ferme » : Le ferme était un manteau long tisse de couleur noire coude par le “terzis”. La « fourrure » : La fourrure était un manteau long avec des manches, tissée de couleur noire et coudée par le “terzis”. Elle était investie de la fourrure de brebis. La « cape » : La cape était un manteau long de tissu lourd, tisse qui était coude par le « terzis ».
7. Les chaussettes «tziarapia»: Les chaussettes étaient de couleur blanches et noire, tricotées a la main et jusqu’aux genoux. Appart les chaussettes, les femmes portaient dans la maison des terlikia.
8. Les kaltsounia : Les kaltsounia étaient un type des chaussettes de couleur blanches qui couvraient toute la jambe. Les kaltsounia étaient portes quelques années après les refugies et apres ils ont été abandonnés.
9. Les chaussures : Les femmes, aux Dimanches et aux fêtes, elles portaient des chaussures noires avec de talon bas, les “kontoures”. Quand elles travaillaient aux champs, elles portaient les « gourounotsaroucha » qui étaient fabriques de cuir de bœuf.
10. Les couvertures de la tète : Les femmes avaient des cheveux longs. Aux jours festifs, elles portaient un chapeau « tsemperi » en laine, en couleur marron, verte ou ciel avec des roses rouges. Au dessous, elles portaient le « ntoura », ciel ou vert. Au travail, elles portaient des foulards blancs en coton ou en lin. Elles portaient aussi le « misali », un foulard en coton, tisse, ciel. Il avait une broderie en couleurs. Les « misalia » étaient les foulards officiels que les filles portaient aux fiançailles et ils étaient portes par les fiancées, les mariées et les nouvelles mariees.
11. Les bijoux : Les bijoux des filles, selon leur situation financière de leur famille étaient : Le «dema»: une série des pièces d’or sur le front, ou le tsemperi se trouvait. La « mpapka » : une série double des pièces d’or grandes qui étaient devant le “dema” au milieu de front. Le « gkirntani »: giorntani avec une ou deux séries des pièces d’or. Le «collier»: de l’ambre.


Source: Fédération Panhéllenique des Associations d’Est Romylia, Est Romylia (« Thrace de Nord »), Edition magazine P/O.S.A.R., volume 2, Avril-Mai-Juin