Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 26 Février 2021
Culture Folklore Les Personnes Réfugies de Est-Romylia Larissa

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Vlachoi
Juifs
Sarakatsanoi
Réfugies de Est-Romylia
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Réfugies de Est-Romylia: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

18/11/2008
“Sintiaka” et “mitzia”

Administrateur

prévision d'impression

“Sintiaka” – rencontre, et “mitzia”, hors de leur caractère social, il était une façon d’organisation des travaux agricoles avec de la solidarité.

“Sintiaka”
“Sintiaka” était le soir des femmes des le mois de Septembre jusqu’aux premiers froides de mois d’Octobre et il n’était pas une coutume mais une habitude. Des femmes de chaque âge réunissaient, elles allumaient des feux, elles brodaient et elles faisaient des fils.

L’objectif était social comme il s’agissait d’un type de bazar des mariées. Aux sintiakes, les filles célibataires accompagnées de leurs mères, leurs tantes ou leurs sœurs mariées.

Les garçons pendant la soirée, ils étaient debout et ils baladaient et ils discutaient quelle fille ils se marieront. Les sintiakes duraient jusqu’au minuit. Les garçons et les filles célibataires avaient plus de liberté comme leurs pères étaient absents aux montagnes pour apporter des bois.

La chanson des filles avait un vers concret et un style d’interprétation spécial. Elle devait être longue, transparente afin d’envoyer des messages d’amour et de trouver l’oreille et le cœur de choisi comme ils se trouver pour aimer et s’aimer.

“Mitzia”
Au passé, une fois par an, chaque femme, si elle avait de mais pour éplucher, elle appelait des jeunes filles de l’aider. Les filles, en tenue soignée, elles arrivaient à la maison tard le soir. Avant de commencer les travaux, elles dinaient. Les garçons réunissaient aussi et ils discutaient.

Les filles mettaient des fleurs à leur oreille en donnant la possibilité aux garçons d’exprimer son amour en enlevant la fleur. Quand les filles restaient sans fleurs aux oreilles, les garçons partaient. Quand les travaux étaient finis, elles mangeaient de nouveau et elles dormaient.