Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 15 Juillet 2020
Culture Folklore Les Personnes Juifs Larissa

Trouvail des symboles juifs. Découverte archéologique du 1er siècle ap. J.-C.
(Photographie: Archive de IE’ Inspection des Antiquités Préhistoriques et Classiques)
La MENORA, le symbole juif
(Photographie: Archives de Esdra D. Moïse & des familles de la Communauté Israélienne de Larissa)
Sefer Tora: Le livre de la loi
(Photographie: Archives de Esdra D. Moïse & des familles de la Communauté Israélienne de Larissa)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Vlachoi
Juifs
Sarakatsanoi
Réfugies de Est-Romylia
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Juifs: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

07/11/2008
Presence Juive Partie A’

Rita Moïse

prévision d'impression

A Larissa l’element juif a une presence qui date mille neuf cents avant. Comme premier témoignage, la visite de Apostolos Irodonas en 150 avant J.-C. qui s’st adresse aux Juifs de Larissa pour enseigner le Christianisme.

La présence juive a Larissa est prouvée par les trouvailles des symboles juifs qui ont été trouves a la place centrale. L’épigraphe grecque: «ALEXANDROU SXOLASTIKOY KAI PROSTATOY» avec le symbole juif ou la MENORA comme il est dit en juif. Cette trouvaille qui date e 1er siècle âpres J.-C. se trouve aujourd’hui au Musée Archéologique de Larissa.

La Communauté Juive de Larissa est la plus grande communauté juive de Thessalie et la troisième de la Grèce. L’historien de Larissa Epameinondas Farmakidis a son livre « LARISSA » écrit qu’à la ville, au 7eme siècle après J.-C. il y avait la communauté juive et trois synagogues. Un Ioudaios voyageur Veniamin de Toudela a sa visite a Larissa en 1173, et l’arabe chroniqueur et géographe Entersis, référent trois synagogues a la communauté juive. Autres historiens qui se referent aux Juifs de Larissa sont : Gustave Xertsmperg, Paparigopoulos Giannakopoulos, Arg.Filippidis Oikonomou, Leonardos Aravantinos, Vassos Kalogiannis et d’autres.

A la fin de 14eme et au début de 15eme siècle, la communauté juive de Larissa se composait des Juifs qui parlaient grec, les « Romaniotes ». La communauté a reçu des Juifs d’Hongrie, de la Pologne (« Eskenazim ») et elle a grandi à la population et elle a pris sa forme finale au 16eme siècle, des Juifs de l’Espagne après son exclusion en 1492, les rois catholiques Ferdinandos et Isabelle. 250.000 Juifs ont abandonne l’Espagne et ils sont installes aux divers pays de la Méditerranée et de la Grèce. Un grand nombre des juifs se sont installes a Larissa.

Les Juifs-Espagnols ou « Sefarantim » comme ils s’appelaient (par le mot Sefarant, en juif signifiait l’Espagne) était a leur majorité des médecins, des pharmaciens, des philosophes et des artisans. Ils avaient un avantage : l’apprentissage des langues. Ils ont réussi d’influencer positivement la vie financiere, professionnelle et scientifique de la ville. Au fil des années les juifs-espagnols ont transmis à la population juive de la ville, les mœurs et les coutumes, la tradition religieuse et la culture et bien sur la langue, « lantino » qui est sauvée jusqu’aujourd’hui. Les Juifs de Larissa ont hérité des proverbes et des chansons qui sont écrites à lantino. Les chansons représentent la vie d’un peuple et elles inspirent de la nostalgie. Selon leur sujet, elles sont nationales, romantiques, des chants a la vie, a la mort, a l’amour, qui sont écoutées jusqu’aujourd’hui aux fêtes et aux cérémonies a la synagogue. Des cantores et des chorales juives les avaient intégrés à leur répertoire et de cette facon les mélodies traditionnelles sont sauvées car les jeunes ne les chantent pas aujourd’hui.

Les juifs espagnols de Larissa ont construit leur synagogue et ils ont fait une Communauté spéciale, ayant comme résultat d’avoir à Larissa deux communautés juives. Avec la direction des ravins, elles sont unies a une, celle d’aujourd’hui.