Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 16 Octobre 2021
Culture Histoire Occupation Ottomane Larissa

Réprésentation fantastique à gravure du 17ème siècle. (Brown 1686)
(Photographie: Archive de N. Papatheodorou)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Préhistoire
Époque Archaïque - Années Romaines
Larissa Byzantine
Occupation Ottomane
Libération – 20eme siècle
Personnalités
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Occupation Ottomane: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

11/11/2008
Periode Ottomane Postérieure I (17eme – 18eme siècle)

Théodoros Paliougas

prévision d'impression

Au début de 17eme siècle, Larissa fleurit foncièrement et commercialement. Elle est plus grande au niveau de population tant par rapport a la ville de Ioannina qu’a la ville de Trikala. Elia Célebi la classe parmi les dix plus principales villes de secteur européen de l’empire ottoman.

Pendant la durée de C’guerre venetoturque (1645-69), le soultan Mexmet D’ (1648-87) transporte son siège a Larissa pour la meilleure surveillance des opérations a Crète. Son installation incite beaucoup de chrétiens aux montagnes. Pendant son séjour, il construit un palais et beaucoup de diplomates étrangers s’installent à Larissa et a Tirnavos. Les dépenses de guerre pressent Mexmet D’ d’imposer une fiscalité lourde en exploitant financièrement la population de la région de Larissa.

Les épidémies et les catastrophes naturelles alourdissent la ville : en 1667 et en 1688 la population se diminue par les epidemies et en 1684, une grande inondation de Pineios ca cause des problèmes et rend la survie difficile.

Apres la défaite des Turques a Kahlenberg d’Autriche (1683), l’Alliance Sacrée de Linz a été crée sous l'initiative de Vénice, d’Allemagne et de Pologne, comme la nouvelle guerre venetoturque commence (1684-99) Les succès-occupations de l’alliance a Laefkada et Preveza (1684) provoquent l’enthousiasme des Grecs, en renforçant le désir des mouvements révolutionnaires organises. Armatoloi et des cleriques supérieur parmi lesquels l’archevêque de Larissa Makarios A’ (1680-88), ils organisent une révolution a Sterea Grèce.

Apres a convention de Karlowitz (1699), avec laquelle la guerre arrêté et après avec la convention de Passarowitz (1718), des relations commerciales se développent entre Autriche et l’Empire Ottomane. Une concurrence commerciale commence entre les pays européens uni s’intéressent pour les marches d’Est.

La position géographique de Larissa a favorise le développement financier, même si a son total, elle pourrait être caractérisée plus lente par rapport aux autres centres comme Thessaloniki, Ioannina, Moschopolis et Kozani. L’accumulation de la richesse avait comme résultat la formation d’une classe « bourgeoise », ses membres étaient des grecs et des Juifs. Le mouvement commercial provoque l’intérêt des passagers comme Paul Lucas, envoyé de roi Ludovic XIV (1638-1715) pour la réunion des trésors d’antiquité et artistiques, qui réfère qu’a la ville, il y a le commerce de cuir. Quand Lucas repasse de Larissa en 1714, il réalise un grand développement du textile.

En 1715, les Turcs décidés de rentabiliser le mal, ils récupèrent Péloponnèse. Par crainte des mesures dures contre le pouvoir ottomane, des grandes parties des chrétiens en Grèce qui s’islamisent. Parmi les villes, Larissa ou plus tard, en 1777, les fanatiques musulmans de la ville se référent comme des prédécesseurs des grecs.

Des catastrophes naturelles ont lieu et pendant la première moitie de 18eme siècle : en 1719, le grand « mortuaire » a élimine la population, en 1729, une grande inondation a cause des catastrophes immenses aux villages de la pleine de Thessalie, comme a Larissa, des eaux de Pineios ont détruit les quartiers Pera, Tampakika et Arnaout.

Les opérations des Russes à la région de Krimaia et d’Azof (1735-39) et des Autrichiens à la région de Belgrade (1737-39), ont cause un bouleversement à l’Empire Ottomane, en inaugurant une période de grande anarchie à Thessalie. A cette période, il y a le début de « arvanitokratia » avec des luttes catastrophiques grecques et des turcs-albanais, le terrorisme des yeniҫeri au détriment la population des villes. Les voyages à Thessalie sont dangereux à cette période, les passagers Richard Pococke l’approuve.

Apres l’explosion de A’ guerre russes-turcs pour faire peur aux chrétiens de Larissa, les turcs détruisent le temple de Saint Achilleios le 12 Juin 1769. Sa reconstruction a été interdit, l’archevêque Meletios D’ (1769-91) a été exile et il est allé a Tirnavos. Sa fuite a été accompagnée par beaucoup des habitants de la ville. Pendant cette guerre, le mouvement révolutionnaire a été dévoilé, connu comme Orlofika (1770), qui a échoué. A Larissa, qui des 1770 elle a été reconnue comme capitale de Thessalie, l’ordre est bouleversé et des crualites au détriment de la population suivent.

Même si des 1774, avec la convention de Kioutsoul Kainartzi, Russie a pris le rôle de protecteur des chrétiens de l’Empire Ottomane a Larissa le 4 Juin 1779, Kapoudan Chasan Pasan est arrive avec six milles soldats en ayant comme but d’imposer l’ordre aux groupes des albanais. Kapoudan s’en profite et il avance à la persécution des chrétiens de la ville.

Des 1783, avec la convention commerciale de Constantinople aux grands centres de Thessalie, des termes favorables pour la recherche de commerce se développent. Spécialement le commerce de coton et des fils peints ont donne une avance au développement des villages et des communautés de la région de Larissa (Tsaritsani, Ampelakia, Rapsani, FarsalaAgia, Tirnavos, e.t.c. A Larissa, le Consul français Félix Beaujour (1797) réfère qu’il y avait des laboratoires de penture des sortes en coton.

En 1794, le temple de Saint achileios se restaure et se reconstruit – en 1789 il a été détruit et brule. La permission a été donnée après des combats d’années des chrétiens contre les échanges fortes.

Pendant cette période, une floraison intellectuelle a lieu avec Konstantinos Koumas, vers 1798, il joue un rôle important, en enseignant des grecs et des mathématiques à l’Ecole grecque que l’archevêque Dionysios a créent a cote le temple de Saint Achilleios.