Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 16 Octobre 2021
Culture Histoire Occupation Ottomane Larissa

Gravure des principes du 19ème siècle. (Wordsworth 1839)
(Photographie: Archive de N. Papatheodorou)
Célébration de Theofaneia à Larissa un peu avant la libération
(Photographie: Archive de V. Tsolakis)
Célébration de Theofaneia à Larissa un peu avant la libération
(Photographie: Archive de V. Tsolakis)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Préhistoire
Époque Archaïque - Années Romaines
Larissa Byzantine
Occupation Ottomane
Libération – 20eme siècle
Personnalités
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Occupation Ottomane: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
N'existent pas des sous-catégories à la catégorie thématique que vous avez choisie.

11/11/2008
Période Ottomane Postérieure II (1800 - 1811)

Théodoros Paliougas

prévision d'impression

Au début de 19eme siècle, Larissa est la ville ottomane au sud de Thessaloniki. La décadence de l’Empire Ottomane qui se continuait, a été accélérée pendant la période avec le bouleversement politique qui a cause l’étalement de son emplacement géographique de pouvoir de quelques beis. Un des autres beis Alli Passas de Ioannina, il a pris le contrôle d’une partie de Thessalie, en transformant des villages libres à ses propriétés (1786).

Ses visions de Ali ont submerge Thessalie et spécialement la ville de Larissa a une période d’anarchie et d’insécurité.

Sous des pressions continues l’économie a commence à se dégrader. En 1811 le valis de Péloponnèse passe par Larissa, chef d’un groupe a destination les hégémonies de Dounavis. En rentrant Velis de son trajet contre Russie et comme il était a Larissa, vers Tripolitsa, le sultan Machmout B’ (1808-1839) lui donne la direction de Thessalie (1812). Le philosophe docteur Ioannis Vilaras s’installe à Larissa. La présence de Vilara à Larissa (1812-5) avait des fanatiques au groupe des intellectuels de la ville.

Etant chef de Thessalie, Velis Passas se réfère qu’il a sauve Larissa des pressions et des occupations des genitsaroi. Son administration était très pressante avec celle de son père qui restait le dominant essentiel.

Le statut nouveau des tsiflikia, les vols, les catastrophes naturelles, les conditions météorologiques difficiles et les guerres continues, ont cause la diminution de la population et surtout de la population musulmane. Beaucoup de villages musulmans ont été disparus et seulement les ruines des mosquées et de leurs cimetières, montraient à certains cas, leur ancien emplacement. La conséquence de la diminution de la population musulmane à Larissa était de limiter l’habitude ottomane de discrimination des communes religieuses aux quartiers séparés-ou la population a été diminuée- des nouveaux chrétiens s’installent aux régions montagnardes. Sous la pression de Veli, les musulmans de Larissa en envoyant une délégation a Konstantinoupolis, ils réussissent d’éloigner Veli de sa position et ils réussissent la nomination de Souleiman Passa et après de Machmout Passa-Dramalis, avec lequel l’archevêque de Larissa Polykarpos Dardaios a eu des rapports intimes.

L’explosion de la grande révolution (1821-1829)-qui a été favorisée par la lutte d’Ali pour l’indépendance de Pyli- transforme Larissa et sa région à un centre militaire des forces turques. Ce fait est explique par la non participation des gens de Larissa a la révolution et la fuite en Grèce de sud et de leur recrutement a l’armée révolutionnaire.

La création de pays grec indépendant (1830) et la pression des forces européennes ont fait la Pyli de faire des changements, en 1839 avec Hatti Serf de Gioulchane et après la fin de la guerre Krimaios (1853-1856) avec Chati Choumagioun avec lequel, le pays ottomane a eu la responsabilité de traitement égal des musulmans et non, aux sujets d’attribution de la justice, de fiscalité, de l’occupation des postes publics, de l’entrée a l’armée et de fréquentation des hautes institutions.

Aux cadres de la libération de pouvoir ottomane vers 19eme siècle, il a été permis aux chrétiens de construire des écoles e de rénover les anciens temples ou des construire des nouveaux, fait qui rencontrait des problèmes par les Turcs. Alors, à Larissa, des 1852 a la place des anciennes chapelles qui existaient déjà des 1826- des temples ont été construits au type de la grande basilique en reflétant les changements démographiques et les possibilités économiques de la communauté grecque à Larissa et aux autres centres urbains de Thessalie.

En 1861, le Valis de Larissa Husni Pasa a réuni à la cour de l’Administration de la ville ou il a annonce l’abolition de la colonie des esclaves de sultan Avdoul Azz (1861-76).

L’explosion de la guerre russe en 1877 était la cause de répéter les pressions au détriment des chrétiens comme la Pyli soupçonnait la révolution des gens de Thessalie pour une Grèce libre. La révolution – que Pyli craignait- a été explosée en Janvier 1878. Le mouvement révolutionnaire a échoue et sous la pression de la condition qui a été crée aux Balkans avec la convention de Saint Stéphane (19 Février 1878), le Congres de Berlin (1-13 Juin 1878) qui ont accepte l’insertion de Thessalie en Grèce, en excluant la commune d’Elassona (IG’ Chapitre) et ils ont offert leur intervention pour la facilitation des échanges grecques- turques.

Les echanges grecques-turques ont aboutit a deux conventions (12 Mai et 20 Juin 1881) avec lesquelles les nouvelles frontières ont été déterminées. En se basant à ces conventions en 32 Aout 1881, l’armée grecque sous le commandant Skarlatos Soutsos et le Chef de l’Armée, Kon. Ischomacho – elle a libère Larissa a un flux de joie de ses habitants. Larissa respirait l’air de la liberté dans les limites de pays grec moderne indépendant.