Recherchez à la porte

Quête composée
 
Initiale 20 Novembre 2018
Tourisme - Vie Moderne Environnement structure Larissa

Carte de KHalil Mpei (1827-28)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Relations correspondantes
N'existent pas des relations correspondantes.

Autres archives
N'existent pas des archives.
SUJETS
Environnement structure
Aspect Architecturale de la ville
Perspective Européenne
Organismes
Moyens De Transport
Sejour
Evasions – Trajets De Thessalie
Villes Jumelees
EMPLACEMENTS GÉOGRAPHIQUES
Larissa
Environnement structure: SOUS-CATÉGORIES Toutes les catégories
Places
Rues Piétonnes - Rues Cyclistes
Parcs – Espaces Des Loisirs

12/11/2008
L’evolution de logement de Larissa des l’époque néolithique jusqu’a la fin de la période ottomane

Administrateur

prévision d'impression

A Larissa le logement a commence des l’époque néolithique. La ville a été développe autour la colline de Frourio (a ses cotes nord), au début comme une grande agglomération au centre de la vallée de Est-Thessalie.

Au dessous et et autour de la colline (de 20m d’hauteur) l’ancienne ville a été développe qui aux années du Moyen Age elle occupait un plus grand territoire.

Des le 9eme siècle avant J.-C, les Thessalie ont forme une commune organisée qui avait le caractère de petit village et il était limite a la colline de l’acropole.

Quand la ville a commence de s’aménager par les années géométriques et précoces archaïques, l’acropole a perdu son caractère défensif et elle a été transformée au centre de la vie culturelle et religieuse.

A la fin du 7eme siècle avant J.-C. Larissa est mentionnée comme une ville riche, capitale de l’état de Pelasgiotida et un village sans importance se transforme au centre agricole et administratif et il prospère.

Des trouvailles de la Période Romaine témoignent l’existence du système d’égout et des logements luxueux. Pendant les années de Konstantinos le Grand Larissa devient métropole sous le Saint Achilleio, son patron après.

Pendant les 11eme et 12 siècles après J.-C., la ville obtient l’organisation byzantine de sa terre urbaine avec un château – pays – mur d’enceinte. La ville du moyen age occupe un plus grand territoire que celui de l’ancienne et elle est entourée des murs – a la place de la rue Iroon Polytecneiou actuellement.

Aux 13eme et 14eme siècle la présence continuelle des Francs et l’Administration Byzantine faible mènent la ville a un point limite de rétrécissement et d’abandon.

Des 1423 qu’elle a été envahie par les Turques jusqu'à sa libération en 1881, beaucoup des monuments anciens et byzantins ont été détruits. Pendant la période de l’occupation turque la ville se refere comme Geni Sexir (=Ville Neuve) et en ce qui concerne sa forme, elle se développe autour la région de Frourio, ayant comme point de référence le Temple Christianique de Tranos Machalas (Le Temple métropolitain de Saint Achileios).

Au début de 16eme siècle, la ville s’équipe de tous les éléments de la marche – administration comme Mpezesteni (marche ferme) qui garde son éclat jusqu'à la fin de 19eme siècle. Le lieu de la marche pendant le 15eme et le 16eme siècle, avec l’espace de bazar carsi se localise au centre de la colline de l’acropole et vers le sud jusqu'à la rue actuelle Kyprou au long de la rue byzantine aux races des rues actuelles Ermou – Rousvelt. Le Tranos Machalas (Saint Achileios) se développe aux même emplacement totalement christianique tandis que les quartiers musulmanes du centre s’étalent surtout vers le Sud- Est et Sud avec des axes de développement les grandes rues qui en rayon du centre conduisent aux portes.

En 1770 Larissa, siège de l’administration torque de Thessalie se composent des six quartiers: Tranos Machalas (Saint Achileios), Tampakika, Souflaria, Paraschou (Saint Nikolaos), Arnaout (Saint Athanasios) et Pera Machalas (Ippokratis).

A la fin du 18eme siècle, Mpezesteni continue à constituer le Coeur de commerce. Le centre commercial se développe au long des rues couvertes (carsi) et il a deux marches en plein air, tandis que l’espace du commerce quotidien se trouve à la cote sud de la ville. Aux années qui suivent, le réseau s’étale aux endroits de logement de Tarnos Machalas et vers le Sud, en constituant un réseau total carsi ayant comme axe de développement la rue actuelle Venizelou.

L’organisation de la ville ne suit des modèles fixes et sévères et l’ordre des trois fonctions qui déterminent le centre de la ville (administration, commerce, logement) suit les traces du tissu ancien et il s’adapte à la forme de la terre. A la partie centrale de la ville, a la colline de Frourio, le marche se développe ou la grande rue des carsi commence tandis qu’a ses cotes, les deux grands centres de contrôle de la ville dominent : le mollahanne, qui exprime la conception de domination de Dieu et le batiment administartif. De cette façon, la marche fonctionne non seulement comme un lieu de commerce mais comme un lieu social de convivialité ou comme un lieu religieux. Les deux mosquées de la marche temoignent cette situation ainsi que les cantines, les tekes et les deux hammams qui se trouvent à la région.

La première tentative d’aménagement de la ville se fait par l’ingénieur turc KHalil Mpei en 1827-28.