23/11/2008
Sakades

Administrateur

Pour l’approvisionnement en eau de la ville jusqu’au début de 20eme siècle, il y avait des transporteurs spéciaux, nommes sakades qui prenait l’eau de Pineios et la vendaient sur les chevaux.

L’eau était prise par la partie de Pineios qui traversait la ville et de sa partie centrale afin de devenir plus pure. Pour faciliter la transportation de l’eau, queues, nommées « escales » ont été construites aux trois points différents de la ville.

Apres avoir pris de l’eau, ils le posaient aux sacs de cuir qui s’appelait sac de 40-50 kilos de contenu. Apres, ils les mettaient aux animaux qui passaient par des quartiers de la ville et ils appelaient comme les autres commerçants appelaient pour leurs choses. Aux années plus modernes, le transport de l’eau avaient lieu aux tonneaux.

Les mesures prises pour le nettoyage de l’eau étaient typiques. Les sacades mettaient des feuilles ou des plantes afin de se nettoyer par le sable et les autres matières étrangères que l’eau contenait. Pour les microbes, il n’y avait par de façon de protection.

Cette eau n’était pas facile à être utilisée. Donc, les citoyens de Larissa la posaient aux maisons, dans les grandes boites qui étaient places à la terre afin de la conserver frais en été et ne pas geler en hiver. En même temps, ils essayaient de stériliser l’eau.

Les sakades ont réussi de s’organiser comme une classe pour avoir des privilèges comme l’exception des impôts et de disposer un pouvoir. Eux-mêmes, ils avaient l’obligation de participer aux extinctions des incendies en transportant l’eau.


Sakas à Pineios (Larissa 1906-1910)
(Photographie: Archive de L. Gourgioti)
Sakas à Pineios après 1950
(Photographie: Archive de cercle Filippoupoli)

Sons - Magnétoscope
N'existent pas des archives de son et du magnétoscope.

Autres archives
N'existent pas des archives.